Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 juillet 2017

Hervé Morvan, d'humeur et d'amour

Avant-propos

Transcrire à la fois une admiration et une tendresse pour les splendides images créées par Hervé Morvan. Parler de lui comme parlant d’autre chose, sans avoir l’air d’y toucher, ce qui ne se fait pas, habituellement, lorsqu’on évoque un affichiste.

Il est un très grand artiste, un dessinateur et un peintre. Il fallait dire ici que telle ou telle publicité n’était pas tout. Noter en lui la place de l’enfance et de la paix, l’engagement humanitaire et social, en un temps où la mode n’imposait pas encore une telle attitude. Dire l’art, tout simplement, le grand art qui est le sien, relever l’imagination et l’humour, certes, mais encore sa tendance à l’épure, donc à la pureté du trait, ainsi que certaines pochettes de disques, par exemple, sont à même d’en témoigner. Dire « Je t’aime » en le travestissant, par pudeur. Ne pas donner à lire une bible, seulement une somme nourrie d’affection.

Il importait, comme on vit d’amour et d’eau fraîche, d’écrire d’humeur et d’amour.

Notice biographique[1]

Le 2 février 1883, naît Pierre, Jean Morvan, à Pluguffan (Finistère), fils d’Henri Morvan et de Marie-Louise Le Corre. Il est fils d’agriculteur mais, cinquième enfant, il n’aura pas de terres à cultiver et deviendra jardinier au couvent de Plougastel-Daoulas (Finistère). Le 30 juillet 1913, il épouse Victoria Le Stir, couturière. Le 31 août 1914, naît leur premier fils, Pierre, Marie Morvan, à Plougastel-Daoulas (Finistère).

Pierre Morvan, initialement classé « service auxiliaire », est classé « service armé » par la Commission de réforme, le 4 novembre. Il est mobilisé le 1er janvier 1915 et affecté au 118e régiment d’infanterie. Le 1er février, il est passé au dépôt du 148e régiment d’infanterie, puis rayé des contrôles. Le 2, il est incorporé au 148e.

Le 18 mars 1917, à Plougastel-Daoulas, naît Hervé, Marc Morvan, second enfant de Pierre Morvan et de Victoria Le Stir. La famille vit à Kertanguy-le-Bourg. Pierre Morvan est démobilisé en mars 1919 et la famille s’installe à Paris, 2, rue Jeanne-d’Arc, en 1920. Morvan entre à l’école communale en 1923.

En 1931, Morvan entre à l’école des Arts appliqués et, à partir de 1934, il travaille comme décorateur et peint des façades de cinéma. Il est réformé en 1937 et, après la mobilisation générale de 1939, il est classé, en 1940, « service auxiliaire » et maintenu sous les drapeaux. Il se marie le 17 février, à Paris, avec Louise, Marie, Émilie Féat (née le 9 novembre 1916 à Morlaix, fille d’Aimé Féat, instituteur). Après l’armistice, il est libéré pour raisons de santé et démobilisé en octobre.

En 1941, il vit à Kerfissien, près Clédel (Finistère). Il se veut artiste-peintre, comme l’indique sa carte d’identité établie au mois d’août. On connaît une toile, Bord de mer près de Kerfissien. En 1942, les Morvan s’installent à Clichy, 10, avenue Anatole-France. Il dessine sa première affiche de cinéma pour Forte tête, exécute des travaux publicitaires pour la revue Le Film. Autres affiches de films : Huit Hommes dans un château (deux), À vos ordres, Madame, Les Affaires sont les affaires (trois), Madame et le Mort, Dernier Atout, Le Mistral, Feu Sacré (deux), La Grande Marnière, La Chèvre d’or, Le Loup des Malveneurs, Port d’attache, Le Comte de Monte-Cristo, L’Implacable destin.

En 1943, il dessine des affiches de films pour Marie Martin, Secrets, Le Camion blanc, Les Roquevilard (deux), L’Inévitable monsieur Dubois, L’Ange de la nuit (deux), L’Homme de Londres, Huis-clos, Monsieur des Lourdines, Adieu Léonard, Tornavara, Le colonel Chabert (deux), Un seul amour, Service de nuit. Il en crée d’autres pour une firme phonographique : André Claveau, André Dassary (Pathé). Il effectue la décoration de boîtes de nuit, de dancings. Il publie des dessins dans Le Film. En 1944, quelques affiches de films : Les Misérables, Pierre et Jean, Collection Ménard (deux), Vie de plaisir, Bal des passants (deux). Encore quelques affiches pour des firmes phonographiques : Ricardo Bravo, André Dassary, Lucienne Tragin (quatre), Germaine Roger, ainsi qu’une affichette pour les Six heures de Paris. De nouveau, il donne des dessins à la revue Le Film.

En 1945, il présente deux projets au salon de l’Imagerie : Paris et fête des mères. Il adhère au syndicat national des artistes et maîtres-artisans créateurs publicitaires, section des dessinateurs affichistes du cinéma. Affiches de films : L’Invité de la onzième heure, Cette sacrée vérité, Untel père et fils. Affiches pour des firmes phonographiques : Marie-José (Odéon) et Victoria Marino (Pathé). Décoration de boutiques, restaurants et dancings. À la fin de l’année, Léo Kouper (né à Paris en 1926) commence à travailler avec lui. Coïncidence : Aimé Féat, le beau-père de Morvan, a été son instituteur.

En 1946, Morvan participe au salon de l’Imagerie : Bretagne ; à l’exposition « L’Affiche du cinéma » (deux maquettes : La Grande illusion et Les Enfants du paradis). Affiches de films : Levés avant le jour, Les Enfants du paradis, Leçon de conduite, Les Enquêtes de Roland Gautier, Master love, Johnny Frenchman, Trente et quarante, L’Assassin n’est pas coupable (deux), L’Aigle des mers (deux, ainsi que le scénario), Le pavillon brûle, Le Lit à colonnes, La Kermesse rouge, Swing romance, Le Cavalier noir, Six heures à perdre, Cavalier Miracle (deux), La Bataille silencieuse. Toujours des affiches pour des firmes phonographiques : Georges Ulmer (Columbia), Armand Mestral (La Voix de son maître). Maquettes : CGT. Dessins pour Le Film français. Décoration.

En 1947, nombreuses affiches de films : Apache, Cheval de la mort, Bataillon du ciel, Arche de Noé, Deux lettres anonymes, L’amour autour de la maison, Le Chevalier sans nom, Meurtre à crédit, Miroir, Casablanca, Attentat à Téhéran, Touri, Une femme cherche son destin, La Vallée de la peur, La voleuse, Heureux mortels. Il donne des affiches au parti communiste, que les relations de son épouse le font approcher. Dessins, encore, pour Le Film français. Scénarios : Chemin sans loi, Arche de Noé. Décoration murale de nombreux bâtiments publics et privés.

Le 10 janvier 1948, Morvan et son épouse adhèrent aux Amis de Tourisme et travail et de Travail et culture. Sa carte de membre, n° 186, porte la mention « Décorateur. » Exposition « L’Affiche française », galerie des Beaux-Arts à l’initiative de Paul Colin. Affiches de films : Vania l’orphelin, L’Aigle à deux têtes, L’Impasse des Deux-Anges, Sorcier noir, Jusqu’à ce que mort s’ensuive, Tordu de rire, Jeux olympiques (de Londres), Les Ailes brûlées, Quatre tulipes rouges, Narcisse noir, Deux amours, Fantômas contre Fantômas (trois), Aux yeux du souvenir, Les Parents terribles, Ainsi finit la nuit, Danse de Mort, Si ça peut vous faire plaisir. Comme de coutume, il crée des affiches pour des firmes phonographiques : Suzy Delair (Decca), d’autres pour la CGT : Journées de printemps de la jeunesse, congrès (deux), La Vie ouvrière, dépliant CGT. Décor de scène de la fête de L’Humanité. Maquette pour la gaine Scandale.

En 1949, exposition « Art publicitaire français » à la Maison de la pensée française, qui présente uniquement des maquettes. Morvan expose Lion noir et Perrier. Affiches de films : Méfiez-vous des blondes, Frieda, Quelque part en Europe, Les Amants de Vérone, Gigi, La Ferme aux sept péchés, L’Inconnue d’un soir, Fantômas, La Maison du printemps, Miquette et sa mère, Envoi de fleurs, Julie de Carneilhan, Miss Cow-boy, Voyage à trois, Bal Cupidon, L’inconnue n°13 (deux), Chaussons rouges, Le Voleur de bicyclette, Au grand balcon (deux), Dernière charge, Sous le soleil de Rome, Vient de paraître, Plus de vacances pour le Bon Dieu, La Voyageuse inattendue, Roi Pandore (ainsi que le scénario), Voyage à trois (deux), La Ronde des heures, Le 84 prend des vacances. Affiches pour le Parti communiste (deux) et pour La Vie ouvrière, une pour la CGT. Affiches commerciales pour Gerline et Kwatta. L’éditeur Guy de la Vasselais s’intéresse à Morvan.

Après le succès de la campagne Perrier, il signe en septembre 1950 un contrat d’exclusivité avec de la Vasselais. Affiches de films : La Maison du printemps, Mon ami Sainfoin, Millionnaire d’un jour, Minne l’ingénue libertine, D’amour et d’eau fraîche, Dominique, Chéri, Gian le contrebandier, La vie est un jeu, Monsieur Dupont, Méfiez-vous des blondes, Justice est faite (deux), Pigalle-Saint-Germain-des-Prés, Police sans armes, Mademoiselle Josette ma femme, Les Anciens de Saint-Loup, Vacances sur ordonnance, Taxi (ainsi que le scénario), Sans laisser d’adresse. Affiches-puzzle pour Perrier, affiche de spectacle : Yves Deniaud et affichette pour La Vie ouvrière. Dessins pour Le Film français. Scénario de La Ronde des heures. À l’automne, il rencontre Léo Ferré qui chante au cabaret Les Trois-Mailletz. Il fera de lui un portrait (encre et lavis) non daté.

En 1951, exposition à la galerie du Siècle « Du dessin humoristique à la publicité », organisée par Publimondial. Affiches de films : Nous irons à Monte-Carlo, Le Garçon sauvage, La Grande vie. Affiches commerciales : Kwatta, Argentil, Paillette, Lustucru, Savora, Grey-Poupon, Panzani, Kangourou, Caïman, Maille. Maquettes d’affiches pour de la Vasselais.

Morvan emménage à Paris, 97, avenue de Versailles, en 1952. Il participe en mai au salon des Artistes décorateurs (section d’arts graphiques). Des articles lui sont consacrés dans Graphis et Vendre. Affiches de films : Oncle Tisane, Jeunesse rebelle. Affiches commerciales : Kangourou, Savora, Karcher, Vélosolex, Bally (cinq), Boussac Antifroiss, Marie, Éléphant, Kronenbourg, Bal des Barbus, Panzani (deux), Négrita, Maille, Vedette, PTV, Sochaux, Curat-Dop. Maquettes d’affiches pour de la Vasselais. Couverture des partitions de L’Île Saint-Louis de Léo Ferré et Francis Claude et du Pont Mirabeau d’Apollinaire et Ferré.

En 1953, exposition d’affiches commerciales françaises et étrangères, au salon des Artistes méridionaux de Toulouse. Vente et publicité lui consacre un article. Affiche de cinéma : C’est arrivé à Paris. Affiches commerciales : Teinture idéale, Gévéor, Grutli, Mazda, Panzani, Meuse royale, Manda Vitt, Vittel Délice, vins de Bordeaux, Mattei, Savora, Salignac, Aromus. Maquettes d’affiches pour de la Vasselais. Les éditions PIA (Plaire, instruire, amuser), qui émanent des établissements de la Vasselais, publient, dans la collection « Printemps du monde », des livres pour enfants illustrés par Morvan : Thi-Ba la petite Annamite, Gobi le petit Sénégalais, Sara la petite Gitane, Rao la petite Hindoue, Draoui le petit Marocain, Nouk le petit Esquimau.

En 1954, Morvan, dont le contrat d’exclusivité avec de la Vasselais est achevé, continue à travailler avec lui. Un article lui est consacré dans Graphis. Affiches commerciales : BP (deux), Danone (deux), Esso (deux), Électricité de France, Firmin Grandou, Philips, Week-end, Robinson’s, Vaillant, Zénia.

En Italie, en 1955, il rencontre César, Féraud et Charpentier. Affiche de cinéma : Lola Montès et affiches commerciales : BP, Brandt, Cassegrain, Corona, Mutualité PG, Pam-Pam, Rachet, Saint-Michel, Vaillant, Taraplast, Agip. Affiche pour une firme phonographique : Léo Ferré (Odéon). Il dessine la maquette d’un foulard imprimé pour le Festival de la jeunesse et des étudiants pour la paix et l’amitié. Affiche pour la CGT.

En mai 1956, « Variations graphiques sur le thème Air France » par onze affichistes français, sous la direction de Jean Carlu, IPAC, Paris. En juin, exposition « Vendre… par l’affiche », organisée par Vendre, à l’occasion du Cinquantenaire de la fédération de la publicité, à la Grande-Galerie, faubourg Saint-Honoré, Paris. Morvan dessine toujours des affiches commerciales : Banania, Delft, l’Alsacienne, Quaker, Gitanes, Vaillant, Air France et BP.

1957 : il assure désormais la direction artistique des autres affichistes travaillant pour de la Vasselais. Affiches de cinéma : Le Naïf aux quarante enfants, Les Suspects, Ni vu ni connu, premier salon du Cinéma. Affiches commerciales : Billecart, Brandt, Danone, Delbard, Mazda, Panzani, Rano, Rosières, Salomon, Vabé. Festival de l’ESSEC. Pochette de disque pour Léo Ferré : La Chanson du mal-aimé d’Apollinaire (Odéon).

Sa fille Véronique naît en 1958. Affiche de cinéma : Le Temps des œufs durs. Affiches commerciales : L’Alsacienne, BP, Mère Picon, Meuse royale, Mir, Satam, Brandt, L’Humanité. Campagne Santé-Sobriété. Morvan décore un stand à l’exposition universelle de Bruxelles. Il dessine des pochettes de disques pour Léo Ferré : Encore du Léo Ferré (Odéon) et Yves Montand : Succès du récital 1958 au théâtre de l’Étoile (Odéon).

En 1959, affiches commerciales : L’Alsacienne, Banania, Billecart, Chévereau, Lavalette, Mallat, Mutzig, Tilt’o, BP, Amsta, Arena. Journée nationale contre le racisme et l’antisémitisme. Pochette de disque pour l’accordéoniste Jean Cardon : Surpat’ chez Léo Ferré (Odéon).

En 1960, affiches commerciales : L’Alsacienne, Belle Jardinière, Bonnet, Havas, Loden, Lesieur, Gitanes (Prix Martini), Évian, Omo, Legal, Nous les garçons et les filles, Banania, Bonbel, Buta-Therm’x, Lesieur, Montains, comité de l’orange, Perrier, Séraphin Pouzigue, la Semaine du cuir, La Vie ouvrière. Première affiche en faveur de la santé des enfants.

Le 23 mars 1961, décès de son père, Pierre Morvan, à Paris. Médaille d’or Martini pour Gitanes. Morvan participe au congrès de l’Alliance graphique internationale (AGI) en Allemagne. Affiches commerciales : Airflam, L’Alsacienne, Atlantic, Boursin, fête des pères, Gaz de France, Gévéor, Lanvin, Pupier, Mutzig, Royale, Satam, Vache qui rit, Waterman, Bally. Première affiche pour la campagne annuelle en faveur des colonies de vacances « Jeunesse au plein air ».

En 1962, d’autres affiches commerciales : L’Alsacienne, bières d’Alsace, Karcher, Postillon, Radiola, Gitanes, Salador, Huilor, Vache qui rit, Vichy, Évian, Électricité de France, L’Humanité, campagne « Jeunesse au plein air ».

En 1963, affiches commerciales : L’Alsacienne, Blédine, Franco-russe, Kelton, Petit-Bateau, Radiola, Vache qui rit, La Vie ouvrière, campagne « Jeunesse au plein air ». Pochettes de disques : sélections sonores Bordas, série « Théâtre », échelonnée de 1963 à 1965.

Morvan expose au salon des Artistes décorateurs, au Grand-Palais, en 1964. Affiches commerciales : L’Alsacienne, Blaupunkt, Révérend, Vache qui rit, Visor Pen, HB, L’Humanité, Bureau central, fête des mères pour le Parti communiste, campagne « Jeunesse au plein air ».

1965. Affiches commerciales : L’Alsacienne, Bendix, Gévéor, ELM Leblanc, Lavix, Bref, Lutti-rem, L’Humanité-dimanche. Affiches de spectacles : L’Auberge du cheval blanc, Gala au profit des sinistrés de M’Sila avec Jean Ferrat, campagne « Jeunesse au plein air ».

Morvan participe en juin 1966 à l’exposition « Première biennale internationale de l’affiche », à Varsovie, où il obtient une mention. Affiches commerciales : Bendix, Kelton, Philips, Bordas, L’Humanité, campagne « Jeunesse au plein air ».

En 1967, affiches commerciales : Radiola, Rey, 450e anniversaire de la ville du Havre, Semaine du cuir, L’Humanité-dimanche, fête de L’Humanité, campagne « Jeunesse au plein air ».

En 1968, affiches commerciales : Bendix, L’Héritier-Guyot, Primagaz, Bordas, Chamrousse, fête de L’Humanité, Secours populaire, campagne « Jeunesse au plein air ». Premières affiches pour le salon de l’Auto de la porte de Versailles et la Foire internationale de Lyon. Reprise du dessin de l’affiche de la Foire de Lyon en logos pour illustrer la plaquette du Cinquantenaire. Illustre la couverture d’un magazine Morvan Humanisme.

En 1969, affiches commerciales : Bendix, fête de L’Humanité, Semaine du cuir, campagne « Jeunesse au plein air », salon de l’Auto, Foire internationale de Lyon.

Le diplôme du XXIIIe salon de l’Enfance lui est décerné en 1970. Affiches commerciales : Bendix, Erka, Martell, Coplait, Évian, Guigoz, Bordas, TAI, cirque Jean-Richard, Euromarché de Brest, Loterie nationale, Pavillon de la nature, fête de L’Humanité, L’Humanité-dimanche, Semaine du cuir, campagne « Jeunesse au plein air », salon de l’Enfance, salon du Prêt-à-porter féminin, Unicef, salon de l’Auto, Foire internationale de Lyon.

En octobre 1971, Morvan participe à l’exposition « Internationale Plakate 1871-1971 » à la Maison de l’Art de Munich. Affiches commerciales : Bordas, fête de L’Humanité, Semaine du cuir, campagne « Jeunesse au plein air », salon de l’Enfance, Secours populaire français, salon de l’Auto, Foire internationale de Lyon.

En mars 1972, exposition « Cent ans d’affiches dans le monde » à la Bibliothèque Nationale. En novembre, exposition « Têtes d’affiches » à la Monnaie de Paris, Carréga grave une médaille à son effigie. La Société d’encouragement à l’Art et l’Industrie lui en remet une également. Affiche de cinéma : Le Grand blond avec une chaussure noire (deux). Affiches commerciales : DD, Guigoz, Emprunt SNCF, Loterie nationale, Semaine du cuir, campagne « Jeunesse au plein air », salon de l’Enfance, salon de l’Auto, salon du Prêt-à-porter féminin, Foire internationale de Lyon.

Le 30 septembre 1973, décès de Victoria Morvan, sa mère, au Kremlin-Bicêtre. Affiches de cinéma : Mais où est donc passée la 7e compagnie ?, Quelques messieurs trop tranquilles, Salut l’artiste (deux). Affiches commerciales : Loterie nationale, Semaine du cuir, campagne « Jeunesse au plein air », salon de l’Enfance, salon de l’Auto, salon du Prêt-à-porter féminin, Foire de Paris, Foire internationale de Lyon.

En 1974, affiches de cinéma : Impossible… pas français, Malher, Violence et passion, On s’est trompé d’histoire d’amour et Le Retour du grand blond (deux). Affiches commerciales : SNCF, Loterie nationale, Loto, Semaine du cuir, campagne « Jeunesse au plein air », salon de l’Enfance, salon de l’Auto, Foire de Bordeaux, Foire de Paris, Foire internationale de Lyon.

En 1975, affiches de cinéma : On a retrouvé la 7e compagnie (deux), Opération Liberté. Affiches commerciales : Semaine du cuir, campagne « Jeunesse au plein air », salon de l’Enfance, salon de l’Auto, Foire internationale de Lyon.

En 1976, affiche de cinéma : On aura tout vu. Affiches commerciales : semaine du cuir, campagne « Jeunesse au plein air », salon de l’Enfance, salon de l’Auto, Foire de Bordeaux, Foire internationale de Lyon.

En 1977, affiches de cinéma : Drôles de zèbres, Le Maestro, La 7e compagnie au clair de lune. Affiches commerciales : Secours populaire français, Semaine du cuir, campagne « Jeunesse au plein air », salon de l’Enfance, salon de l’Auto, salon du Cycle et du motocycle, Foire internationale de Lyon.

En mai 1978, a lieu l’exposition « Hervé Morvan, bouquet d’affiches » à la Bibliothèque Nationale. Affiches de cinéma : Comment se faire réformer, Les réformés se portent bien. Affiches commerciales : DD, Gaz de France, Loterie nationale, Journée des paralysés de France, Semaine du cuir, campagne « Jeunesse au plein air », salon de l’Enfance, salon de l’Auto, Foire internationale de Lyon.

En mars 1979, se tient l’exposition « Hervé Morvan » au Musée de Brest. Affiche de cinéma : Ces flics étranges venus d’ailleurs. Affiches commerciales : Loto, Semaine du cuir, campagne « Jeunesse au plein air », salon de l’Enfance, Foire internationale de Lyon. On réalise un documentaire sur son travail.

Au début de l’année 1980, il organise au Grand-Palais, dans le cadre du salon des Indépendants, une exposition d’affichistes français. Affiche de cinéma : Rodriguez au pays des merguez. Affiches commerciales : Semaine du cuir, campagne « Jeunesse au plein air », salon de l’Enfance, Foire internationale de Lyon.

Le 1er avril 1980, dans son atelier, Hervé Morvan meurt d’une crise cardiaque.

En mai 1981, présentation de la maquette des Enfants du paradis à l’exposition « Paris-Paris », au centre Georges-Pompidou. En juin, est montée l’exposition « Hervé Morvan » au château-musée de Dieppe. Véronique Morvan et Léo Kouper réalisent plusieurs affiches dont il avait préparé les maquettes : Journée des paralysés, Semaine du cuir, campagne « Jeunesse au plein air », Foire internationale de Lyon.

En juin 1983, est organisée l’exposition « Hervé Morvan » à Landerneau. Naissance de son petit-fils Benoît, le 16 août 1985. Naissance de son petit-fils Antoine, le 4 février 1989.

Du 27 mai au 12 juillet 1997, à Paris, grande exposition « Hervé Morvan, affichiste, cinéma et publicité », présentée à la bibliothèque Forney.

Louise Morvan, son épouse, meurt au mois de mars 2003.

Une certaine élégance

L’élégance est une caractéristique de l’œuvre de Morvan. Les personnages de Monsieur de Lourdines (1943), gracieux et traités dans un style aérien, élancé, qui évite la caricature, sont servis par le texte de l’affiche qui, libellé dans des caractères et des couleurs en rapport, compose une belle mélodie graphique – jusqu’au nom des salles de cinéma qui épousent la courbure de l’ombrelle !

En 1952, Sous le signe de Paris propose une dame portant chapeau et gants, dont la robe s’évase en devenant un plan de la ville. La réussite parfaite de cette image tient certes au rouge du désir, lorsque le visage et les bras de cette élégante citadine épousent la couleur du fond d’affiche. Quelques ombres sous le chapeau et dans les plis de la robe créent le relief. Le slogan, en caractères bas de casse, est imprimé en bleu, reprenant celui de la Seine sur le plan, et la marque est inscrite en anglaise dans un corps plus important. L’énergie est donnée par l’élan du personnage, tout entier tendu vers le haut et la droite de l’affiche.

En 1970 enfin, pour le vingtième salon international du Prêt-à-porter féminin, la grâce entière est dans ce voile pourpre qui s’ouvre sur un corps de femme habillé de seuls regards multicolores. Ces regards que l’artiste traitait déjà longtemps avant.

Quand le regard bouleverse

En ces temps où la publicité se nomme « réclame » et n’a pas encore accédé au statut d’art – alors qu’elle en est un à part entière, au moins sur le plan graphique, d’autant plus que le traitement du sujet n’est pas encore assisté par ordinateur – on fait une maquette, on l’agrandit selon la technique dite « du carreau », on peint à la main par grands à-plats ou au pinceau fin. Et l’on dessine d’incroyables regards.

Dans un traitement qui n’est pas exclusivement réaliste puisqu’il relève à la fois de l’illustration et de la manière propre de l’artiste, les yeux de Viviane Romance dans Feu sacré (1942), de Victoria Marino, chanteuse Pathé (vers 1945) ou de Marie-José, pour les disques Odéon (vers 1945, également) sont troublants, enjôleurs, bouleversants. Et l’on n’est pas, cependant, dans le stéréotype. À quoi tient donc cette vérité, issue d’un graphisme et d’un très grand talent ?

Symbolisme

Peu après la guerre, Morvan présente l’exposition « Publicité de demain » (1949). L’affiche est graphiquement classique, un peu austère, réalisée avec des tons sombres ou mats. Mercure et l’abondance, la colombe de la paix évoquent avec justesse les deux termes de la proposition.

Un an plus tard, pour Air France (1950), Morvan vante le colis postal avion en s’exprimant dans un registre symbolique. Le colis étant « aussi rapide qu’une lettre par avion », il est porté à bras par un personnage dont le corps est constitué d’enveloppes timbrées. Ce bonhomme volant emporte le colis dans les airs jusqu’à un beau quadrimoteur au chiffre de la compagnie aérienne. Bel appareil – les avions à hélice étaient plus beaux, en tout cas plus intéressants à dessiner que ceux à réaction – qui vole dans un ciel traité en camaïeu avec le bleu du logo.

En 1955, symbolisme encore, avec le carton d’un foulard pour le Festival mondial de la jeunesse et des étudiants pour la paix et l’amitié. Foulard qui fut imprimé en souvenir de la manifestation qui eut lieu à Varsovie du 31 juillet au 14 août de cette année-là. Colombe de la paix, toujours, réunissant dans ses pattes les couleurs des peuples du monde. On note cette persistance du moment à vouloir qu’il existe des Rouges.

Symbolisme, toujours en 1958. Un personnage marron, dégingandé, vu en transparence au travers d’un haut-de-forme retourné. De ce couvre-chef s’envolent, outre un oiseau blanc, des bribes de papier de plusieurs couleurs portant des titres de chansons. C’est là tout Montand, magicien au chapeau symbolique. Cette illustration habille un disque de la maison Odéon, série d’enregistrements en studio des grands succès que le chanteur présenta sur la scène du théâtre de l’Étoile.

Symbolisme enfin avec une pochette de disque de 1959, réalisée, là encore, pour la firme phonographique Odéon. Les personnages – un souteneur, une prostituée, ou bien, à tout le moins, deux êtres un peu marginaux – viennent participer à une surpat’ chez Léo Ferré. Ils apportent gâteaux et champagne et sont accueillis par les chiens du poète. Verres et bouteilles dansent quand entrent ces invités symbolisant l’atmosphère de quelques chansons que Ferré écrivait alors sur Paris, la rue, la nuit. Ils sont représentés, passant la porte avec leurs présents – symbolique posture d’invités, répondant à l’objet du disque : une surprise-partie. Il s’agit d’un disque de danse, enregistré par l’accordéoniste Jean Cardon.

Expressionnisme

Parmi toutes les manières de Morvan, qui sont toujours simultanées, existe une veine « expressionniste » qu’il illustre surtout dans les années 40. L’Implacable destin (1942) use ainsi d’un graphisme tout aussi implacable que son titre : visages à la fois figuratifs et stylisés, élancement du couple vers le haut à droite, c’est-à-dire une figuration classique du mouvement, de l’avancée.

Cinq ans plus tard, La Vallée de la peur (1947) évoque les couvertures des romans populaires. Les visages sont toujours des figurations stylisées et l’utilisation d’une forme de sous-titre (« Une haine sans pardon… ») annonce déjà le slogan publicitaire.

Pour Le Chevalier sans nom, un film de cape et d’épée réalisé en 1947, Morvan propose deux affiches. C’est alors courant, certains films en comptent même davantage. L’une est traitée dans un style qui, résolument, rappelle la bande dessinée, quand l’autre est davantage tournée vers la classique illustration. Les ombres de la première sont figurées par des traits, celles de la seconde par le rendu d’un drapé. Profondeur et perspectives sont différentes.

En 1949, une superbe affiche annonce Frieda où six mains accusatrices d’hommes et de femmes désignent une femme solitaire esquissée au second plan, éclairée à moitié seulement, qui paraît se retenir à son sac à main pour ne pas tomber et lutter contre cette accusation. Rouge, noir et des nuances de blanc grisé composent cette vision d’une solitude dénoncée.

Le Garçon sauvage (1951) introduit déjà la photographie dans l’affiche, en la liant au dessin. Les images, cependant, restent expressionnistes : la photographie s’interpose comme technique, mais, pour l’instant, ne change nullement l’intention. Il n’y a pas de différence fondamentale dans l’idée du Garçon sauvage, par rapport à celle de L’Implacable destin. Morvan s’essaie à ce voisinage nouveau mais il demeure fidèle au type de message transmis comme au moyen de le transmettre.

En 1975, Opération liberté sera une recherche nouvelle, le graphisme pur luttant à cette époque contre l’intrusion, de plus en plus insistante, de la photographie, qui finira par tuer le métier. Morvan cherche autre chose et, depuis deux ou trois ans, renoue quelque peu avec l’affiche de cinéma. Le noir et le rouge évoquent traditionnellement les luttes politiques et sociales. L’expressionnisme sans grande nuance est présent, mais il est traité dans une invention permanente.

On mesure, au vu de ce choix d’affiches, combien un grand artiste peut, au fil des années, se renouveler dans la constance tout en demeurant un reflet fidèle de périodes fort différentes.

L’échiquier des artistes

Se renouveler dans la constance, oui. Par exemple, en travaillant à partir d’un même thème, échelonné sur une vingtaine d’années.

En 1955, pour Max Ophuls et son film Lola Montès, Morvan crée une scène de cirque sur fond de trapèzes, d’échelles et de filins. Les visages qu’il dessine aux personnages évoquent bien entendu ceux des artistes qui les interprètent. Leur position dans l’espace, ainsi que les tabourets de scène sur lesquels ils se tiennent, laissent imaginer qu’ils sont placés sur un damier ou un échiquier, non représenté. Cette très belle œuvre va donner naissance à deux autres, échelonnées sur près de vingt ans.

En 1957, Morvan propose, en matière de pochettes de disques, une de ses plus belles créations, destinée à habiller La Chanson du mal-aimé de Guillaume Apollinaire, dont Léo Ferré a fait un oratorio lyrique. Une représentation avait été donnée, le jeudi 29 avril 1954, à l’Opéra de Monte-Carlo. Les personnages imaginés pour cette représentation scénique sont ici stylisés tels que les habillaient leurs costumes de scène, dessinés par Balmain. Le décor initial les faisait évoluer sur un échiquier, que Morvan conserve partiellement en ne dessinant, de loin en loin, que quelques unes des cases. Les couleurs sont également reprises des costumes originaux. Visuellement, cette image renvoie immédiatement à Lola Montès, dont elle reprend le fond noir sur lequel se détachent des rouges, des roses et des mauves.

En 1974 enfin, pour Violence et passion de Visconti, l’affichiste reprend le thème de l’échiquier en y introduisant la photographie. Les visages des comédiens, issus de scènes choisies, sont montés sur des pièces de bois – l’une d’elles est renversée – évoluant sur des carreaux rouges et blancs… Mais le blanc n’existe qu’en tant qu’intervalle entre les carrés rouges qui répondent à l’esprit du titre s’inscrivant lui-même dans cette couleur, tout comme celui du réalisateur. Ici, cependant, l’échiquier est régulier, géométrique, et non simplement évoqué comme dans le disque de La Chanson du mal-aimé. La perspective est rendue par un dégradé des cases, du rouge vif au rose.

On remarque le cheminement de l’idée : l’échiquier n’est pas présent en 1955, il est suggéré en 1957, il est vraiment figuré en 1974. Le choix, même partiel, de la photographie n’enchante pas Morvan. Sans doute y devine-t-il la fin de son métier, du moins tel qu’il le concevait depuis des années.

Pourquoi cet échiquier, toutefois ? Il n’est pas interdit de penser à Vermeer, dont de nombreux tableaux montrent des personnages sur un sol à damier. Certes, il s’agissait du carrelage habituel dans les habitations du moment, en particulier dans l’atelier du peintre, mais quelques unes de ses œuvres donnent la même illusion : des pièces évoluant sur des cases. Il est très vraisemblable que Morvan a été influencé ou qu’il a volontairement fait une citation picturale.

L’enfance et la joie

L’enfance, chez Hervé Morvan, ne relève jamais du gâtisme. L’image qu’il donne de petites filles et de petits garçons n’est jamais « gnan-gnan », même lorsqu’il s’agit de gâteaux ou de chocolat.

Avant 1958, il dessine surtout des garçons, ou bien des garçons et des filles ensemble (sauf pour les biscuits l’Alsacienne, évidemment). Mais, après 1958, dans l’ensemble, beaucoup plus de fillettes. Ce n’est pas un hasard : Véronique Morvan est née en 1958, après dix-huit ans de mariage. Et dans la merveilleuse série « Jeunesse au plein air », créée de 1961 à 1980 avec une confondante régularité et un constant bonheur d’imagination, garçons et filles se partagent la vedette.

Pour la belle série de livres de la collection « Printemps du monde » où de petits enfants, sous toutes les latitudes, racontent aux lecteurs de France leur mode de vie, Morvan dessine des personnages dont la tête ronde est disproportionnée. L’illustration du livre pour enfants, dans les premières années 50, n’autorise pas une vision trop osée : les limites, alors, sont posées et acceptées et c’est dans le cadre de ces contraintes que Morvan laisse aller sa fantaisie, sans perdre de vue l’aspect didactique qu’impose l’époque.

Variations sur le thème de la balançoire, les deux affiches créées pour Danone en 1954 jouent sur la couleur et la disposition du slogan. Le mot « équilibre » est ici illustré sans être paraphrasé. C’est le génie de Morvan : ses images ne paraphrasent jamais le texte que lui imposent les commanditaires.

1961 voit naître l’adorable petite fille qui va à sa toilette et emporte avec elle « son » eau de Cologne, celle du mont Saint-Michel. Sur un plateau, plusieurs bouteilles dessinent le mont. Cas typique de l’illustration sans paraphrase, mais par l’évocation. La blondeur de l’enfant n’a d’égale que celle de « son » eau de Cologne. Graphiquement, on note l’utilisation, pour le slogan, d’une police de caractères exclusivement en bas de casse (minuscules), choix typographique alors à la mode et qui persistera durant toutes les années 60 et un peu au-delà.

L’humour constant de l’auteur et la joie de l’enfance se retrouvent vers 1965 pour une commande de devoirs de vacances où petits garçons, oiseaux et ballon dessinent des couvertures pleines de fantaisie, à l’opposé du pensum que sont souvent, à ce moment-là, les devoirs obligatoires de l’été.

Humour

L’humour est évidemment l’aspect le plus connu de l’artiste. En pleine Occupation, il dessine l’affiche du film Madame et le Mort (août 1942), avec un fantôme-cible hilarant. La couleur du graphisme est assortie à l’ombre qui donne au personnage féminin son relief, comme au fond bleu de la scène.

Après la guerre (1946), le film Les Enquêtes de Roland Gauthier, au titre encore si conventionnel (les enquêtes de…, les aventures de…) marie le dessin réaliste au graphisme humoristique, celui du petit personnage à chapeau et micro, noir avec un œil blanc, qui traverse l’image en courant, son ombre grise le suivant. Un fond de bandes jaunes se mêle par endroits au beau portrait réaliste.

En 1949, « La première laine » compte parmi les plus anciennes traces de l’humour à la Morvan : personnage d’homme nu tricotant sa propre feuille de vigne, les yeux – que seuls déterminent ses sourcils – baissés sur son ouvrage et sur sa pudeur, coiffé avec une raie au milieu, le reste du visage n’étant pas figuré. Ce qui est bien compréhensible : l’homme est « à poil », on ne peut donc représenter que sa pilosité. Fond jaune alors classique pour cette affiche plutôt osée pour son temps, mais pleine de drôlerie.

1952 : une grande caractéristique de l’art de Morvan se trouve dans la belle œuvre qu’il réalise pour Panzani. Il s’agit de la fusion de l’objet ou du produit montré avec le corps du personnage. En témoigne ce cuisinier italien dont le buste est de spaghettis.

La même année, le personnage, imaginé pour Bailly, fait corps avec sa chaussure, au point que le lacet devient sa cravate. Toujours en 1952, il présente la version féminine : le bel escarpin Bailly se transforme en robe. Le slogan « La chaussure qui habille » renvoie évidemment à cette vision anthropomorphique.

En 1953, selon un principe similaire, la bière Grutli devient la femme de l’homme qui la boit, la mousse de la boisson dessinant le visage de l’aimée qu’il embrasse.

Deux ans plus tard, la même idée est reprise dans un traitement charmant pour les galettes Saint-Michel (1955), la galette en question devenant l’auréole du saint, qui n’a pas hésité à en prélever un morceau pour le déguster.

En 1957, le premier salon du Cinéma se tient aux Champs-Élysées. Le porte-voix qu’utilisent alors les metteurs en scène est conique et il s’imbrique dans trois cônes de lumière pour figurer une scène sur laquelle s’agitent deux personnages. Le fond d’affiche est noir, comme il est de tradition en matière de cinéma.

1958 voit naître l’affiche créée pour Mir. Comme le produit, c’est bien connu, nettoie tout, une ménagère à tablier de dentelle a tout lavé avec : vaisselle, émail, laine, voiture et chien, tout cela séchant à présent sur la corde d’étendage.

Mais l’hiver arrive, il faut préparer les voitures à la mauvaise saison. Pour l’huile Esso, alors vendue en bidons de métal cylindriques, Morvan imagine un ours blanc conduisant une automobile qui est une plaque de glace détachée de la banquise. Il porte casquette, lunettes et gants mais son nez coule.

1960, les temps changent et la confection industrielle apparaît. Pour les vêtements de la Belle-Jardinière, retour à l’anthropomorphisme. L’homme en complet pied-de-poule devient son propre costume et se pend lui-même sur un cintre.

Deux ans plus tard, l’eau d’Évian (1962), qu’on propose à l’époque en bouteilles de verre d’un litre, est montrée selon un procédé lettriste. Plusieurs bouteilles et des éléments transparents évoquant le verre et l’eau s’unissent pour écrire le nom de la marque. C’est une belle réussite graphique.

Et puis, vers 1969, l’humour de Morvan fait plaisir à voir, comme rend heureux l’allégresse qu’il éprouve, manifestement, à dessiner des enfants, filles ou garçons, et notamment cet adorable coquin aux joues rouges qui a tellement sali et taché ses vêtements qu’on va le mettre directement dans la machine à laver Bendix, et encore, en l’attrapant avec des pincettes. Ce qui paraît beaucoup l’amuser.

Politique et social

Après la guerre, Morvan crée des œuvres politiques et sociales dont le graphisme témoigne des espoirs du moment : l’homme nouveau dans la fraternité. Le Parti communiste a une politique nationale et, tout d’abord, nataliste. « Aider la mère de famille, c’est aider la France » (1947) reprend, qu’on le veuille ou non, l’image de la Vierge à l’enfant. Le mouvement s’étend toujours vers la droite, considérée, à cause du sens de lecture, comme le fait d’aller de l’avant. Ce même mouvement est figuré par les cheveux de la mère, auxquels se mêle un foulard tricolore.

Les Journées de printemps de la jeunesse (1948) induisent toujours le mouvement vers la droite avec un élan vers le haut. Les visages touchent aux nuages et un bouquet de fleurs rouges signe l’ensemble. Le 27e congrès de la CGT (1948, encore) répond à des exigences identiques : une femme – donc une mère, donc l’avenir – tirée vers le haut et la droite de l’affiche, aidée par qui la précède et aidant qui la suit, figurant ainsi la continuité et le renouvellement des générations, la transmission de la vie.

Vers 1949, « Avec les communistes » est encore une illustration du même propos. L’indépendance, le pain, les libertés et la paix se traduisent, en langage graphique et idéologique, par la présence d’une femme dont les cheveux vont de l’avant et qui appelle, derrière elle, un peuple invisible à la suivre. Son drapeau voit s’épanouir une colombe : c’est la partie blanche des trois couleurs.

En 1955, la Mutualité PG prend dans ses bras comme dans un nid toute une famille qu’elle éclaire de son feu chaleureux, de sa lumière protectrice : un très beau dessin évoquant une lampe ou une maison avec une cheminée.

En 1958, pour L’Humanité, le ton est plus léger mais demeure austère. Les bras sont tricolores, ils tiennent des journaux pliés dont on ne voit que la manchette. Le slogan est bref et décidé : « À présent , c’est mon quotidien ».

En 1959, reprise du thème des bras et des mains mais, cette fois, par la jonction de toutes les couleurs de peau des peuples de la terre. Le bouquet de mains s’ouvre en direction d’une colombe. C’est la Journée nationale contre le racisme, l’antisémitisme et pour la paix.

À partir de 1960, le graphisme s’ouvre au sourire. Finies les scènes symboliques, un brin didactiques. Le personnage qui lit La Vie ouvrière, journal qui est son corps même et dont le visage en est éclairé, est l’héritier des affiches publicitaires que l’auteur réalise parallèlement. La guerre est loin, la Reconstruction est achevée, la prospérité augmente. L’humour sert alors l’efficacité.

Le même raisonnement s’applique à L’Humanité, vers 1966 : les journaux pliés servent cette fois d’escalier (vers la droite de l’affiche, encore le sens de lecture) à une Marianne qui s’en va vers des lendemains meilleurs.

Entracte dramatique, en 1965, pour le gala au profit des sinistrés de M’Sila auquel, à la Mutualité, Jean Ferrat et de nombreux artistes apportent leur concours : la gravité du moment paraît imposer le retour au motif des bras tendus – mais ce sont des bras qui implorent de l’aide, sur fond de constructions brisées et de ciel rouge.

Hormis cette manifestation exceptionnelle, l’humour reste maintenant de mise et, de 1971 à 1975, Morvan va illustrer, chaque année, les couvertures du numéro « Spécial impôts » de La Vie ouvrière, avec une étonnante variation sur le thème « ne pas se laisser peler, mettre à sec, tondre, plumer, piéger ». Une suite très inventive, résolument tournée vers l’illustration humoristique, alors qu’il s’agit de traiter le sujet le plus austère qui soit.

Un authentique dessinateur

Morvan trouve quelquefois l’occasion de s’exprimer en tant que dessinateur, lors de commandes pourtant commerciales, mais qui traitent du domaine culturel. En 1955, pour les disques Odéon, il dessine Léo Ferré, son ami ; un beau portrait, à la fois réaliste et symbolique. Le disque devient note de musique. Ferré au piano tourne avec lui et la hampe de la croche, en même temps que les cheveux du poète, imprime un mouvement vers le haut et la droite. Le visage est comme éclairé par les lumières de la scène et le 33-tours brille de ses plus beaux reflets. À l’énergie et à la poésie de ce dessin de belle facture s’ajoute le rouge de la passion et du désir, en fond d’affiche.

Morvan avait une certaine révolte vis-à-vis des publicitaires. Son talent se donne davantage libre cours lorsqu’il dessine, par exemple, la pochette du disque d’un artiste qu’il admire. Là, en effet, il crée une part intégrante de l’objet qui sera vendu, et non une affiche vantant et célébrant l’objet en question. L’optique est différente, le dessinateur est moins prisonnier de l’efficacité commerciale requise et le résultat est encore plus poétique. Une maquette de pochette s’imagine et se conçoit alors sur un carré de carton léger, à la gouache et au pinceau fin pour le dessin et la recherche du lettrage. Celle du disque de Léo Ferré chez Odéon, en 1958 (Encore du Léo Ferré), est un carré de 14, 3 cm de côté où, déjà, sont figurés tous les éléments de la réalisation définitive, avec leurs couleurs. Il en va de même pour l’affiche, trois ans plus tôt : sur un carton un peu plus épais, une maquette rectangulaire de 13, 5 x 20 cm.

Toujours dans le domaine culturel, voici, échelonnée de 1963 à 1965, une très belle série de pochettes de disques pour la série « Théâtre » des sélections sonores Bordas. Et tout d’abord, le catalogue lui-même, avec cette charmante silhouette de dame dont les traits ne sont pas dessinés mais dont la très élégante vêture est une bibliothèque. Sa pose est pleine de grâce. Homère, Molière, Musset, Racine et Corneille, dits par de grands comédiens en cette période où le microsillon constitue une forme authentique de diffusion de la culture, trouvent avec le dessin de Morvan un habit à leur mesure. Les comédies reçoivent des pochettes humoristiques, les tragédies en ont d’autres au graphisme épuré, splendide, avec des clairs-obscurs ambivalents. De grands textes somptueux, d’illustres voix, des dessins richissimes, voilà une magnifique collection de disques culturels.

Photographies de Morvan

À quinze ans, mains aux hanches et bob blanc sur la tête, il regarde la mer, miroir de l’homme libre, eût dit Baudelaire. À dix-sept, il pose, regard amusé et mains dans les poches de son pantalon court. Il peint des façades de cinéma. C’est un métier où l’on doit grimper sur les échafaudages, où l’on peint des panneaux à l’échelle du fronton des salles, des immeubles, de la rue. C’est un considérable travail physique, en même temps qu’artistique. Comme les gens de sa profession, Morvan porte une tenue blanche de peintre, un béret blanc sur la tête.

Sa carte de membre (n° 186) de l’association Les Amis de Tourisme et travail et de Travail et culture, à laquelle il adhère le 10 janvier 1948, présente une photographie sans doute plus ancienne. L‘artiste est coiffé en brosse, porte une cravate claire sur une chemise sombre, et un imperméable. Il ignore l’objectif et laisse aller vers le bas un regard rêveur, avec une moue mélancolique. Sur sa carte (n° 187), la belle femme brune qu’est son épouse a l’air décidé, énergique. Il est inscrit comme décorateur, sa femme est notée sans profession.

L’homme qui, en 1956, regarde, dubitatif, l’appel à souscription pour un emprunt de la SNCF, exprimé par des affiches déchirées dont quelques lambeaux s’étalent encore sur un panneau des affichages Publiac, doit se dire qu’il est bien éphémère, fragile, l’art de l’affichage. Médite-t-il sur la fugacité de son destin ?

Voici l’homme, photographié par Willy Ronis en compagnie de Savignac, en 1958.

Voici l’homme aux belles chemises qui déplace ses panneaux. Peintre, affichiste, sont des métiers qui exigent de la place. À la maison, les maquettes, les pochades envahissent l’espace. Louise Morvan se plaint : « J’ai épousé un peintre, je me retrouve avec un homme d’affaires ». Personne n’en croit un mot, bien sûr, surtout pas elle. Elle songe peut-être au jour où tous deux posaient en amoureux au bord d’une rivière. Elle porte un grand bouquet et sourit, tandis que l’artiste, en chemise à carreaux et pantalon court, la regarde, médusé.

Voici l’homme, photographié par Doisneau en 1978, avec sa fille et Léo Kouper.

Le petit garçon à la raie sillonnant une coiffure appliquée est devenu ce monsieur à moustache blanche, à présent photographié par Alain Roger dans son atelier. Le polo sagement boutonné a fait place à une chemise à carreaux à col ouvert. Il a l’air grave et chaleureux à la fois. Tel qu’en lui-même, il reçoit un visiteur et s’entretient avec lui de son métier, qui est un art.

Pour ne pas conclure

Le colleur d’affiches du métro n’emporte plus de rires dans son sac. Son pot de colle et son échelle n’ont pas suspendu le temps qui passe et ce qu’il placarde aujourd’hui, quand il change les draps de la nuit, n’a plus beaucoup de poésie. Il ne le sait pas, il s’en moque, mais il lui manque la joie que devaient bien avoir quelque jour son père et son grand-papa, quand ils collaient sur les murs glacés du métro le sourire d’Hervé Morvan.

Bibliographie

Jean-Philippe Guérand, Rémy Jounin, Jean-Luc Morel et Hubert Isard, Les Affiches de cinéma des films comiques français en 1979, dossier de trente-deux pages dactylographiées, dédié à Hervé Morvan.

Léo Kouper, « Je l’appelais M. Morvan », in Trait d’union (bulletin du syndicat national des graphistes), n° 1, juillet 1980 (rééd. in catalogue de l’exposition de Dieppe, 1981).

Anne-Claude Lelieur et Raymond Bachollet, Hervé Morvan affichiste, collection « Affichistes », Agence culturelle de Paris, 1997.

Jacques Layani, « Le poète et l’affichiste », in Les Chemins de Léo Ferré, Christian Pirot, 2005.

Michel Archimbaud et Ariane Valadié, Hervé Morvan, The Genius of French Poster Art, Pie Books, 2010.

 

Remerciements amicaux à Mme Véronique Morvan et à M. Léo Kouper.

 

[1]. Cette biographie doit beaucoup à la chronologie contenue dans le livre d’Anne-Claude Lelieur et Raymond Bachollet, Hervé Morvan, affichiste, Agence culturelle de Paris, 1997. Elle est complétée par des archives familiales, obligeamment prêtées par Véronique Morvan.

19:12 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 03 juillet 2017

Hervé Morvan aurait cent ans

1094278943.jpg

Il herve-morvan-radiola.jpgaurait eu cent ans cette année, mais aucune commémoration, de quelque nature qu’elle eût pu être, n’a eu lieu, à ce jour tout au moins.

Hervé Morvan (1917-1980) fut un très grand affichiste, illustrateur et peintre.

Un artiste authentique.

 

 

Bibliographie

Anne-Claude Lelieur et Raymond Bachollet, Hervé Morvan affichiste, collection « Affichistes », Agence culturelle de Paris, 1997.

Michel Archimbaud et Ariane Valadié, Hervé Morvan, The Genius of French Poster Art, Pie Books, 2010.

images.jpg

19:57 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 16 avril 2017

Et puis Melville

Melville.jpg

Cette année, Jean-Pierre Melville aurait eu cent ans.

18:47 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 04 mars 2017

Les raisins verts sont devenus noirs

$_57.JPG

Je salue la mémoire de Jean-Christophe Averty, homme inventif et généreux, imaginatif et courageux. Il fut un temps où radio et télévision ne pouvaient être assimilées à l’excrémentiel.

19:16 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 06 juin 2016

Boulevard de la vie

index.jpg

Si son sujet n’est pas d’une originalité absolue, le traitement du sujet, lui, est impeccable. Chronique intimiste d’une homosexualité toujours refoulée et dissimulée sous un mariage et une position sociale, Boulevard est une belle réussite qu’on doit en premier lieu au talent magnifique de l’acteur incarnant Nolan, le personnage principal, Robin Williams. Clown triste aux demi-sourires, aux regards perdus, absents, doux, inquiets, fiévreux, il domine de très haut cette histoire touchante, filmée en une abondance de gros plans qui scrute au plus près des vérités humaines.

Le filmage au cœur des personnages, au profond des regards, le montage simple mais sans artifice, les couleurs sombres et cependant pleines d’une lumière, celle, naturellement, de la vérité des êtres, font de ce film d’une grande délicatesse une belle réussite, pleine d’authenticité.

Rares sont les films sans manières ou plutôt sans maniérisme, Boulevard en est un. Où d’autres eussent appuyé sans vergogne, il se contente de toucher du bout des doigts.

19:36 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 24 mai 2016

Vincent du soleil

The-weaver.jpg

À Arles, trente-et-un tableaux de van Gogh sont exposés à la fondation. Magnifique. Hormis l’œuvre admirable vue à Avignon récemment,* je n’avais jamais été en présence de vrais van Gogh. Extraordinaire. Comme les cartes postales, vendues à la boutique, étaient minables, ensuite ! On sait bien que la qualité des reproductions, souvent, n’est pas ce qu’elle pourrait être, mais là, c’était flagrant : nous venions de voir les originaux. Les tableaux n’étaient pas accrochés à des cimaises, mais doublement boulonnés au mur et, certainement, une alarme était-elle dissimulée derrière chacun d’entre eux. Peu importe. De plus, les toiles, bien qu’encadrées, étaient sous verre, ce n’était pas l’idéal, mais enfin… Un groupe d’enfants de l’école primaire visitait l’exposition avec leur institutrice et trois accompagnatrices. Je me disais que les enfants, aujourd’hui, ont bien de la chance. J’aurai vu mes premiers van Gogh à près de soixante-quatre ans ; eux, très tôt. Tant mieux.

* Il s’agit de la collection Jacques-Doucet, conservée au musée Angladon. De superbes œuvres présentées dans un bâtiment magnifique. Un Van Gogh, un Sisley, un Degas, un Modigliani, six Picasso… entre autres.

19:16 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 28 novembre 2015

Les fous de Guédiguian

À côté des « Contes de l’Estaque » et assimilés, l’œuvre de Guédiguian comprend de grands films longs, majestueux, comme La ville est tranquille, Marie-Jo et ses deux amours, Le Promeneur du Champ-de-Mars, Le Voyage en Arménie, L’Armée du crime. Son nouveau long-métrage, Une histoire de fou, est de ceux-là. De plus en plus, son propos prend de l’ampleur, le filmage est plus fluide, y compris, et c’est paradoxal, dans le montage cut qui est chez lui très utilisé. Il a aujourd’hui davantage de moyens et en use en professionnel, installant un rythme lent, une distorsion du temps réel comme d’autres se servent du ralenti pour, a contrario, exprimer la rapidité.

Des films comme Le Promeneur du Champ-de-Mars, Le Voyage en Arménie, L’Armée du crime et Une histoire de fou s’inscrivent dans l’Histoire en conservant toujours cet aspect romanesque, quand ce n’est pas romantique, auquel il tient. L’exactitude historique ne le contraint pas, il adapte librement, comme on dit. Il ne faut pas s’y tromper, ses films « épiques » ont toujours conservé un côté lyrique et les constantes de son cinéma sont toujours là. Surtout, ses certitudes sont encore présentes. Dans cette Histoire de fou, le sujet en comprend une : la vengeance ne sert à rien, ne mène qu’à l’escalade et aboutit forcément à une impasse. Oui, c’était déjà dans Lady Jane, ce film policier sans policiers, loin des topoï habituels, dans lequel Ariane Ascaride disait en substance, à un moment donné : « Ça suffit, on arrête ». Ici aussi, le jeune Aram, joué par Syrus Shahidi, va arrêter et le payer de sa vie, car, comme le déclarait Guédiguian à Politis.fr : « Le génocide rend fous victimes et bourreaux ».

Cet excellent film, dont la sortie a été repoussée, arrive ce mois-ci sur les écrans, hélas, au plus mauvais moment. Il y est question d’attentats (perpétrés à la fin des années 70, au début des années 80), ce qui tombe infiniment mal.

424572.jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

19:50 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 19 novembre 2015

Spectre

JE DOIS PRÉCISER, SELON LA FORMULE HABITUELLE, QUE CET ARTICLE DÉVOILE UN GRAND NOMBRE DE POINTS-CLÉS DU FILM.

Au sortir du vingt-quatrième film mettant en scène James Bond, le très attendu Spectre, voici (un peu en vrac parce qu’il faudra vraiment voir le film au moins une seconde fois, en attendant, bien sûr, le DVD qui permettra une lecture détaillée) quelques impressions.

Skyfall avait atteint des sommets, non seulement en nombre de spectateurs, mais dans la critique qui, à quelques rares exceptions, avait salué un des meilleurs épisodes de la série, voire le meilleur. Forcément, on attendait Spectre au tournant, d’autant que sa réalisation était de nouveau signée Sam Mendes.

La gamme chromatique est identique à celle de Skyfall et la photographie est très belle. Notamment introduite par des séquences au rythme très lent alternant avec les scènes d’action, la présence de l’humain est de plus en plus forte.

images.jpg

On remarque l’excellence de la distribution, comme toujours (il est rare que les films de Bond, même les plus mauvais, ne bénéficient pas des acteurs les mieux choisis), et le rôle très augmenté de M (admirable), de Q (jouissif) et de Moneypenny (très intelligent), dont le retour périodique dans l’action, et non plus lors d’une simple séquence avant le développement proprement dit, est une chose parfaite.

Les poursuites sont encore renouvelées (avion sans ailes et sans roues coursant des voitures sur une piste enneigée, tirs à l’arme de poing d’un bateau vers un hélicoptère) et développées avec imagination. Il y a beaucoup d’humour dans les dialogues.

Comment ne pas souligner ces deux excellentes idées : C, taupe du Spectre au beau milieu des services secrets ; Oberhauser-Blofeld, élevé en même temps que Bond et jaloux de l’affection de son père pour le jeune James ?

Le lien de scénario entre les quatre films à ce jour interprétés par Craig (Casino Royale, Quantum of solace, Skyfall et Spectre) est fait très intelligemment.

images  ddf.jpg

D’autres choses peuvent être mentionnées :

M. White est devenu une épave : truand repenti et père inattendu, il fait confiance à Bond au point de lui parler de sa fille, Madeleine Swann. C’est excellent car inattendu, justement.

Bond tenant Blofeld à sa merci, à la fin, et ne tirant pas, ce qui est tout à fait conforme à l’esprit de Fleming. Ce n’est pas seulement parce qu’il convenait de conserver le personnage pour plus tard, mais bien parce que Bond répugne à tuer.

À propos de Blofeld, notons que l’acteur (Christoph Waltz) est certainement le meilleur Blofeld jamais incarné à l’écran. Je trouve que, physiquement, il correspond exactement à ce qu’il fallait.

imagesdd.jpg

Enfin, à inscrire dans les annales, Moneypenny a un amant. Mais oui. Elle admire toujours Bond, lui est toujours dévouée, mais elle a un homme dans son lit.

16:57 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (6)

jeudi, 05 novembre 2015

Le retour de Colpi

En 2006, j’avais proposé ici-même une série de notes sur le cinéaste Henri Colpi – il s’agissait de très brefs articles – et regretté que son chef-d’œuvre, Une aussi longue absence, dont la cassette VHS était déjà introuvable depuis longtemps, n’existe pas en DVD. C’est chose faite. Le DVD en question est sorti il y a quelques jours. Je viens donc de regarder à nouveau cette merveille de 1960, qui rafla tous les prix en 1961. Avec Alida Valli et Georges Wilson... et le thème Trois petites notes de musique, créé par Cora Vaucaire. Un montage magnifique, une ambiance d’une finesse merveilleuse, un éclairage et une photo justes et sensibles.

1038723941.jpg

22:27 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 04 décembre 2014

Histoires de titres

B4AizyxIUAA5bMT.jpgIl semble qu’après la mode des phrases-titres (Le monde n’est pas assez, Demain ne meurt jamais, Meurs un autre jour) très inspirées, dans leur mouvement, leur allure, des titres de Fleming lui-même, on soit entré désormais, s’agissant des films de Bond, dans l’ère des mots-titres, Skyfall et, qui sortira l’an prochain, Spectre.

À ce propos, quelques réflexions.

Autrefois, Thunderball avait été traduit. Dans notre langue, le titre du film, comme celui du livre, devenait Opération Tonnerre. Un autre exemple : l’espagnol ne pouvant entendre Thunderball, le titre était changé en Opération Tonnerre (Operación Trueno). La langue allemande, elle, réclamait Feuerball et la suédoise, Åskbollen. Dans d’autres pays, il en allait de même. Ainsi, Goldfinger était mué, en Italie, en Mission Goldfinger (Missione Goldfinger). Au Portugal, Skyfall fut traduit Opération Skyfall (Operação Skyfall).

Cela témoigne d’une évolution de la langue française vers une perméabilité toujours plus grande aux tournures anglo-saxonnes. Il y a tout lieu de penser que, de nos jours, Thunderball ne serait plus traduit et sortirait en France sous ce même titre, à l’instar de Skyfall ou de Spectre (prononcer specter). Ce n’est pas le cas d’autres langues, qui paraissent mieux résister à l’invasion linguistique : leur structure ne permet pas de comprendre (d’entendre) Goldfinger, Thunderball ou Skyfall et les titres sont donc adaptés à l’imaginaire du public.

En France, on ne résiste plus, on parle anglais et, cest plus grave, on pense anglais.

15:42 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (4)

jeudi, 30 octobre 2014

Encore un livre

Granier-Deferre.jpg

Le livre annoncé dernièrement vient de paraître. Il s'agit du premier ouvrage consacré à Granier-Deferre. Le taulier se permet de le signaler aux honorables promeneurs de la rue Franklin.

15:59 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 10 octobre 2014

Encore une parution

Le taulier prétentieux annonce la parution d’un livre encore, chez l’Harmattan, d’ici la fin de l’année sans doute, peut-être avant : Le Cinéma de Pierre Granier-Deferre.

Pourquoi un ouvrage sur Granier-Deferre ? Parce qu’il n’en existait pas.

20:10 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 24 juillet 2014

Redécouvrir Yvan Govar

Cet article constitue pour moi un travail de découverte, en même temps que dinformation pour le lecteur. Il est par conséquent régulièrement mis à jour et complété. Les promeneurs de la rue Franklin sont invités, sils le désirent, à jeter à ce texte un coup dœil fréquent.

Yvan Govar (24 août 1935-18 février 1988) est un cinéaste belge – son vrai nom est Yvan Govaerts, fils du peintre Jean Govaerts et de Nelly Van Kelekom – qui a abandonné le cinéma après que ses sept films n’eurent pas connu le succès. Dans les années 50, il fut comédien et joua Racine ou Giraudoux. En 1954, au théâtre Colon, à Buenos-Aires, il interprète deux rôles (le créancier et l'homme sage) dans Le Livre de Christophe Colomb de Claudel, mise en scène de Jean-Louis Barrault. Au Conservatoire national d’art dramatique de Paris, il rencontre Belmondo, Marielle, Rochefort et Annie Girardot. Selon Philippe Durant, biographe de Belmondo, Govar, à dix-huit ans, pesait cent-dix-huit kilos et mesurait un mètre quatre-vingt-cinq. En 1953, La Revue théâtrale le présente comme un « tout jeune acteur auquel la stature, la voix, la présence en scène semblent promettre carrière dans ce que l’on appelle volontiers au répertoire les rondeurs ».

Il réalise son premier film, un moyen-métrage intitulé Nous nirons plus au bois, dans lequel il joue lui-même, à lâge de dix-neuf ans. Marié, un temps, à une actrice, Irène Tunc, qui fut Miss Côte-dAzur puis Miss France, il tenta de se suicider à cause de ses infidélités. Plus tard, ils divorcèrent. Elle joua, entre autres, dans Les Aventuriers de Robert Enrico, dans Léon Morin, prêtre du grand Melville, et mourut dans un accident de la route à Versailles, en 1972. Elle sétait remariée avec Alain Cavalier qui, de nombreuses années après sa disparition, lui consacrera un film, Irène. Après 1965, Govar, découragé par le médiocre accueil réservé à ses réalisations, renonça définitivement à son art. En 1983, on le retrouve acteur dans un court-métrage de Richard Olivier, Le Buteur fantastique, une curiosité surréaliste, sans texte mais avec bruitages. Il est décédé à cinquante-trois ans.

govar.jpg

Ses films – les quatre disponibles en DVD – tous en noir et blanc, sont emplis de fausses pistes. Il y règne, sous l’apparence de films « de genre », en l’occurrence policiers, une atmosphère étrange, déroutante, intrigante. Un soir, par hasard en est un excellent exemple puisque l’on croit, tout au long du récit, se trouver dans une film résolument fantastique, avant de s’apercevoir, dans le dernier quart d’heure, qu’il s’agit d’un film d’espionnage tout ce qu’il y a de plus matériel, de plus concret, de plus réaliste.

L’écriture filmique de Govar recèle de nombreuses audaces, à tout le moins des originalités. Il n’est pas du tout académique. Le montage est toujours juste, le rythme à la fois lent et soutenu. Il engage de grands acteurs : Brasseur, Nicaud, Cuny, Simon, Servais, Marielle, Rouleau, Roquevert, Marie Dubois, Madeleine Robinson, Maria Pacôme, Annette Stroyberg, Jacqueline Maillan, Pascale Petit… Dans Deux heures à tuer, son dernier film, le plus abouti, une œuvre étonnante car pleine de surprises, jouent aussi Caussimon et Catherine Sauvage, l’adaptation et les dialogues étant signés Bernard Dimey. Délicieux huis-clos aux rebondissements incessants, qui se déroule pratiquement en temps réel, Deux heures à tuer voit des acteurs se frotter lun à l'autre avec une excellente verve. La distribution comprend des choses amusantes : Caussimon et Catherine Sauvage, qui se connaissent bien, forment un couple bourgeois déchiré et, par ailleurs, il était piquant de réunir Pierre Brasseur et Catherine Sauvage... qui fut à la ville Mme Brasseur.

La Croix des vivants qui, lui, nest pas un policier et dont le scénario est dû à Maurice Clavel et Alain Cavalier, est le développement de son moyen-métrage, Nous n’irons plus au bois. C’est un drame authentique, dans lequel Govar montre sa capacité à diriger de nombreux acteurs, à faire apparaître progressivement des personnages multiples. Cet homme tendre est aussi un démiurge. Le fait de reprendre une idée vieille de plusieurs années et de la développer est un signe certain d’authenticité : lorsqu’un artiste remet sur le métier un projet ancien, il y tient toujours et tente alors de donner le meilleur de lui-même.

L’adaptation de Que personne ne sorte ! est cosignée par Stanislas-André Steeman, d’après son roman. Il s’agit d’une série noire « pour rire », tout comme Les Tontons flingueurs de Lautner qui date de la même année ou Les Barbouzes, du même, qui sortit l’année suivante. Toutefois, La Métamorphose des cloportes de Granier-Deferre, un an plus tard encore, constituera un film bien supérieur à ces trois-là, plus fin, plus fouillé. Entre 1963 et 1965, dans le genre policier, le sous-genre du policier comique connaîtra une grande vogue.

Sous la houlette de l’association Belfilm et de Paul Geens, historien du cinéma et redécouvreur passionné, la firme belge Come and See avait entrepris la réalisation d’une intégrale Yvan Govar qui a tourné court, en 2009. Seuls quatre titres ont paru, quand un coffret de sept DVD était annoncé. On dispose donc aujourd’hui, uniquement, de La Croix des vivants, Que personne ne sorte ! (autre titre : La Dernière enquête de Wens), Un soir, par hasard et Deux heures à tuer, soit les œuvres des années 60. Les bonus sont curieux et c’est un choix de Geens : ils n’ont aucun rapport avec les films. Ce sont, au mieux, des courts-métrages concernant un des acteurs du film auquel ils ne se rapportent pas (sauf dans le cas de La Croix des vivants, dont le bonus est le moyen-métrage initial, ou bien dans celui dUn soir, par hasard, qui est le court-métrage de Richard Olivier dont il a été question plus haut, dans lequel joue Govar). La restauration laisse à désirer : l’image est un peu terne, mais ce n’est pas catastrophique. Les bonus, toutefois, ne sont pas restaurés du tout. Dans cette intégrale regrettablement interrompue, ne sont finalement pas sortis les titres des années 50 : Le Toubib, médecin du gang (écrit, produit et réalisé par Govar, dans lequel Barbara est réputée avoir fait une très courte apparition en tant que figurante, mais, selon sa biographe Valérie Lehoux, il n’est pas certain qu’il s’agisse d’elle), Le Circuit de minuit et Y en a marre (autres titres : Ce soir on tue ou Le Gars dAnvers, « un film mouvementé dYvan Govar, de style policier classique, émaillé des plus belles bagarres jamais réalisées à lécran », selon la Feuille d’avis de Neuchâtel du 4 août 1961), qui ont cependant existé, autrefois, en VHS. Chez Dailymotion, on trouve deux minutes du Toubib, médecin du gang, deux autres de Y en a marre.

En 2014, la firme Filmédia a ressorti, sous de nouvelles présentations, deux DVD, Que personne ne sorte ! et Deux heures à tuer, dont le contenu est parfaitement identique à lédition de Come and See. Il nest nullement indiqué qu’une suite sera donnée à cette réédition.

Du Toubib, médecin du gang, les Cahiers du Cinéma écrivaient, en 1959 : « Un réalisateur odieux au service d’une méchante cause ». Rien de moins. Dans le même numéro, une notule expédiait Y en a marre sur le mode « marabout, bout de ficelle », en écrivant : « Y en a marre – marchandise – discontinue – continue donc – dont auquel – quel navet ! », ce qui, on le voit, est fort argumenté.

Longtemps plus tard, les livres de cinéma continuent daffirmer sans la moindre explication : « Un soir par hasard d’Yvan Govar (…) relevait plus de la comédie boulevardière que de la SF » (Jean-Pierre Bouyxou et Roland Lethem, La Science-fiction au cinéma, Bourgois, 1971). Ils parlent de « Y en a marre : ce film (…) est une coproduction franco-belge mise en scène par un réalisateur sans avenir, Yvan Govar » (Michel Azzopardi, Le Temps des vamps, 1915-1965, cinquante ans de sex-appeal, L’Harmattan, 1997). Pire encore, voici : « Zéro à Yvan Govar. Inaptitude = prétention. La Croix des vivants (1962), sous-produit mauriacien, vaudrait une bonne décharge de chevrotine » (Yves Martin, Le Cinéma français, 1946-1966, un jeune homme au fil des vagues, Méréal, 1998). On aimerait savoir, mais on lignorera, pourquoi Martin se sent tout à coup des humeurs de chasseur.

Dautres auteurs pensent différemment : « Son souci semble avoir été de raconter, sans temps morts, des histoires à intrigues policières ou à suspense. Il ne méritait pas, pour autant, le discrédit dans lequel on l’a tenu. Car il avait un univers à lui, peuplé de personnages souvent en lutte contre un mauvais destin, un univers où le drame, sinon le mélodrame était l’élément dominant », écrit avec justesse Jacques Siclier (Le Monde des 31 août et 1er septembre 1998), dix ans, malheureusement, après la mort du cinéaste. Le Soir de Bruxelles, dans son édition du 16 décembre 1998, affirme : « Yvan Govar (...) est loublié du ciné belge. Pourtant, dans les années 50, il fut le seul de nos réalisateurs, avec Jacques Feyder, à réussir dans le cinéma populaire français. Cet aventurier rabelaisien mit en scène des polars, des comédies ou des drames qui valaient les films dHenri Decoin ou de Gilles Grangier. Govar avait le sens du rythme et de la narration et dirigeait excellemment des acteurs débutants ou des seconds rôles (...) qui donnaient à son œuvre une densité du quotidien compensant son manque de moyens financiers... (...) Scénarios vifs où le destin brise les protagonistes. Filmant dans les rues, Govar a capté l'air du temps (la poésie réaliste) des années 50. (...) Découvrez-le, vous serez surpris ».

Objectivement, on comprend mal pourquoi ces films, peu nombreux, n’ont pas, en leur temps, connu le succès. Ils sont techniquement bons, les scénarios sont intéressants, l’humain n’est jamais perdu de vue et leur réalisateur est à l’évidence un artiste généreux.

934753291.jpg

Catherine Sauvage et Jean-Roger Caussimon

dans une scène du dernier film de Govar

14:10 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 07 avril 2014

Vient de paraître

Demy.jpg

Le taulier vous présente ses excuses pour sa récidive. Encore une parution.

13:10 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (2)

mercredi, 05 mars 2014

Pour paraître (encore)

Le taulier, plein doutrecuidance, annonce la sortie dun nouveau livre, Jacques Demy, un portrait personnel, bref essai qui paraîtra chez lHarmattan, en avril sans doute. Le taulier ne doute de rien, une fois encore.

11:51 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 16 février 2014

Poètes chantés

J’ai découvert – certes tardivement, il existe depuis 2010 – le site DJ Rimbaud, exclusivement consacré aux poèmes mis en chanson. Tous styles, tous auteurs, tous compositeurs, tous interprètes, des heures d’écoute.

Les menus permettent de naviguer par auteur, par compositeur, par interprète… avec, en eux, une surprise qu’il vous appartient de trouver.

18:53 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 23 novembre 2013

Henri Tachan, quarante ans de chanson

 téléchargement.jpg

L’ensemble des deux DVD forme à présent un excellent document. Le documentaire – avec ses soixante-quinze minutes, il échappe enfin au « format » habituel de cinquante-deux minutes seulement – est fort bon, bien documenté, bien filmé, bien monté. S’ajoutent quarante-cinq minutes de bonus. L’image est excellente. La succession de documents fait qu’on évite le traditionnel défilé, qui se fait en pareil cas, de « têtes parlantes ». Ici, on reste vivant, chaleureux, amical. L’existence de ces deux disques d’images et de paroles constitue un repère juste, nécessaire, authentique. Une petite trace, un brin d’histoire de la grande chanson, celle qui cause, crie, égratigne et caresse l’instant d’après, la chanson indépendante, libre, fière, qui n’a pas peur des mots, du feu ni de la caresse. Chanson-piment qui emporte la gueule et, l’instant d’après, devient chanson-baiser qui embrasse (embrase) l’être.

« De qui parlez-vous ? », me demandera-t-on. D’Henri Tachan ou de la chanson ? Mais je ne parle que de lui et d’elle, figurez-vous. Ne trouvez-vous pas qu’ils se confondent singulièrement ? Et pas en excuses.

Tachan sur scène (récital à Besançon, 2008), 1 h 30, et Henri Tachan, le prix de la révolte (documentaire), 75 + 45 mn, deux films de Christophe Régnier produits par souscription, à présent disponibles à cette adresse.

Récital.jpg

Documentaire.jpg

20:19 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 20 septembre 2013

Pour André Villers

Pour permettre la réalisation du film André Villers, une vie en images, une souscription est lancée auprès de Kiss Kiss Bank Bank, selon la formule maintenant bien connue du crowdfunding, comme on dit en français. Si le cœur vous en dit, tous les détails se trouvent ici : exposé du projet, description des contreparties…

André Villers, faut-il le dire, est le photographe de Picasso et de Léo Ferré, entre autres.

téléchargement.jpg

21:21 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 11 mai 2008

Albertine vivante

Une interprétation originale et personnelle de la vie et de l’œuvre d’Albertine Sarrazin fait l’objet d’un spectacle. On peut en voir quelques extraits ici. Cela me paraît nouveau, curieux et, à première vue, fidèle à l’esprit de l’écrivain.

12:52 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 17 février 2007

Encore un lieu de la maison Layani

Le taulier, estimant que trois sites et trois blogs, c’est peu de chose, vient d’ouvrir un quatrième blog consacré à une chanteuse qu’il aime depuis longtemps, depuis trente ans, depuis mille ans, Marie-Paule Belle. Dans la colonne de gauche, un lien indique le chemin à ceux, parmi les promeneurs de la rue Franklin, que cela intéresserait éventuellement, en admettant qu’il y en ait (des intéressés, pas des promeneurs).

20:45 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (8)

mercredi, 03 janvier 2007

Une découverte... pour moi

Je suis peut-être en train de découvrir l’eau chaude, comme on dit familièrement, mais une chose m’a frappé durant ces quelques jours de vacances, au vu de quelques films en DVD. Il s’agit de l’utilisation du ralenti pour exprimer… la plus grande rapidité. Depuis mon enfance, fort lointaine il est vrai, le ralenti était un procédé artistique, souvent utilisé, il faut bien le dire, de façon décorative. À présent, on l’emploie pour figurer le contraire. Il s’agissait de rendre une action censée se dérouler à la fraction de seconde. Techniquement, c’était une gageure : le spectateur ne pourrait même pas voir ce qui se passe. On fractionne donc le mouvement et le ralentissement de l’image évoque l’extrême rapidité de l’action. Je n’avais jamais rencontré une telle opposition dans l’écriture cinématographique. Mais je suis sans doute ridicule et je pense que tout le monde s’était déjà aperçu de cela.

10:00 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (15)

lundi, 11 décembre 2006

Un faux Sartre

J’ai coupé au bout d’une demi-heure, de quarante minutes peut-être. Impossible. Impossible de faire un Sartre pour la télévision. Le maquillage est parfait, enfin, le plus parfait possible, Podalydès réussit même à approcher le timbre de voix de l’écrivain, mais non, ça ne va pas. Ça ne va pas parce que la reconstitution, bonne, est trop appliquée, trop léchée, ce qui n’empêche pas les détails faux, d’ailleurs – ah, cette 2 CV du moment… avec des essuies-glaces d’aujourd’hui – et surtout, tout est trop propre. On dirait que les automobiles sont toutes neuves (elles sont prêtées par des collectionneurs attentifs et jaloux), que les rues sont idylliques, que tout est ripoliné. La Sorbonne est toute blanche – elle ne l’était pas – en ces temps où il n’y avait pas de vigiles aux entrées de la rue Victor-Cousin. Ça ne va pas : Simone de Beauvoir (Anne Alvaro) est inaudible, on ne comprend à peu près rien de ce qu’elle dit. Ce jeune gamin impersonnel, fadasse, que l’on voit arriver en maillot sur une plage ne peut pas être Servan-Schreiber, cette dame à L’Express ne peut pas être Françoise Giroud et surtout, ce Raymond Aron de pacotille, au début ! Et puis, on sent venir un brin de roman, avec cette histoire de drague de Sartre envers une fille qui n’a pas existé. Bah… On ne peut pas, non que ce soit interdit, mais parce que c’est raté d’avance. Il est trop présent encore. Plus tard, peut-être. En tout cas, il ne faut pas lui faire porter des cravates rouges. Les hommes ne sont pas cravatés de rouge en 1958. Ça n’existe pas. De bordeaux, à la rigueur, pas de rouge. À ce moment-là, c’est l’habit sombre obligatoire : gris, noir, marron, bleu marine. Les hommes ne portent pas de couleurs. On ne peut pas montrer des personnages réels dans un film avant de très nombreuses années. Peut-être le malaise vient-il de son génie, de sa puissance de travail qui rabaisse chacun au rang d’un tâcheron, à commencer par le réalisateur. Je ne sais pas.  Et puis, c’est encore la preuve qu’il demeure très présent.

22:10 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (27)

jeudi, 30 novembre 2006

Encore Melville

Le 27 mai dernier, nous évoquions Melville et, dans les commentaires, j’avais précisé avoir finalement trouvé Deux hommes dans Manhattan… en Chine. Depuis, j’ai bien reçu le DVD qui est de très bonne qualité. Restait le problème de L’Aîné des Ferchaux, tout aussi introuvable en France. Il y a deux jours, je l’ai acheté… en Allemagne. Le problème est qu’il s’agit d’une version doublée en langue allemande et non d’une version originale (qui eût donc été en français), qui plus est non sous-titrée. Alors que l’un des avantages du DVD est précisément de pouvoir choisir la langue de la bande sonore comme celle des sous-titres. Là, rien à faire. Je regarderai donc les images…

12:17 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (3)

jeudi, 23 novembre 2006

Rien n’arrête plus le taulier

Il y a quelques jours, ce fichu taulier a ouvert le blog Léo Ferré, études et propos. Ce lieu est destiné à la publication d’études et à l’échange de propos d’ordre littéraire et artistique au sujet de Léo Ferré et de son travail. Lien en colonne de gauche, et ici : http://leoferre.hautetfort.com/

15:00 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 22 novembre 2006

Le taulier récidive

J’ai créé un petit blog destiné à la publication de mon essai Hubert Grooteclaes en mélancolie. La forme du blog ne convient pas très bien à la lecture d’un texte puisque chaque chapitre va aller s’ajouter devant le précédent, au lieu de le suivre. En attendant qu’un éditeur veuille bien le faire paraître, je n’ai rien trouvé de mieux. J’indique l’adresse dans la colonne de gauche. Et ici : http://hubertg.hautetfort.com/

18:40 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (2)

jeudi, 16 novembre 2006

« Maintenant que la jeunesse… »

 medium_img75003-200611190013-58.jpgLes livres, disques, affiches, papiers, archives, objets, lettres, meubles et autres fragments d’existence de Monique Morelli passent en vente à Drouot, dimanche 19 novembre à 14 h. Exposition samedi de 11 à 18 h, et dimanche de 11 h à 12 h.

Comme souvent, les héritiers ont tout fourgué, même les accordéons de son mari et accompagnateur Lino Léonardi qui avait signé de si belles musiques, notamment sur cette poésie d’Aragon que tout le monde connaît, Maintenant que la jeunesse... Le catalogue est en ligne au format Word, avec seulement deux cent vingt photographies de lots.

medium_img75003-200611190013-57.5.jpg

15:00 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (10)

vendredi, 27 octobre 2006

Tavergranier

Sur le site de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), Tavernier consacre une rubrique aux DVD. Il écrit : « Je viens de revoir aussi La Veuve Couderc qui tient superbement le coup et reste l’une des grandes réussites de Pierre Granier-Deferre avec Le Chat (1971), Le Train (1973), Une étrange affaire (1981). Et accessoirement deux des plus beaux rôles de Signoret et Delon. Un jour on rendra justice à Granier. » Les quatre films qu’il évoque sont effectivement les meilleurs de Granier-Deferre. Toutefois, on se demande bien pourquoi Tavernier, avec son aura et l’écoute attentive dont il bénéficie dans le milieu cinématographique, ne consacre pas, justement, un article, une tribune, quelque chose de conséquent, au cinéaste dont il voudrait que l’on reconsidérât l’œuvre. Cette façon de dire « on », de repousser à « un jour » futur est embêtante.

11:55 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (3)

vendredi, 13 octobre 2006

Trente-cinq ans d'âge

medium_Max_et_les_Ferrailleurs.gifJ’ai regardé hier soir, à la télévision, le film de Sautet, Max et les ferrailleurs, pour la dixième ? douzième ? quinzième ? fois. Il est toujours aussi solide. À quoi tient la pérennité d’un film comme celui-ci ? À une direction d’acteurs impeccable, certainement, à un montage toujours aussi vif, à la permanence des angoisses humaines que l’auteur y exprime. Je ne vais pas redire ce que j’ai pu développer dans le petit ouvrage que j’ai consacré au cinéaste. Je constate seulement que, même plusieurs années après avoir achevé cette rédaction, c’est-à-dire totalement sorti du contexte, voire de l’obsession dans laquelle je vis lorsque je traite un sujet, quel qu’il soit, ce film de 1971 conserve toutes ses qualités et son intérêt.

17:15 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (2)

dimanche, 08 octobre 2006

Il ne faut jamais remettre à plus tard

Un jour, j’ai eu l’intention d’écrire une histoire du disque et de l’enregistrement sonore. J’avais établi le 11 décembre 2002 un premier jet de plan, autant dire pas grand-chose. Pourtant, l’idée était fermement ancrée dans mon esprit. Mais on ne peut pas tout faire, et j’avais bien dû remettre ce travail à plus tard. J’ai confié le plan à Martine, qui l’a encore dans ses papiers. Je le relis aujourd’hui. Le titre prévu était Disque, mon ami - Une histoire de l’enregistrement sonore.

Il y a quelques mois de cela, j’ai trouvé chez un ami L’Histoire du disque et de l’enregistrement sonore, posé sur une table. Le livre existait. On l’avait fait. J’ai râlé mais bah ! l’important était que l’ouvrage existât. Comme il me paraissait important que ce travail fût réalisé, je ne pouvais que m’en réjouir. Il avait paru en 2004 sans que je m’en aperçoive. Toujours cette question de la diffusion et de l’information, de la publicité au sens premier.

Je n’ai pas pu l’acheter, on ne le trouvait déjà plus. Toujours cette question de la diffusion, du stockage, des délais de garde en librairie… Toujours les mêmes questions, d’ailleurs, tout le temps.

Il vient d’être remis en vente sous une jaquette différente de la première. Je suis en train de le lire, c’est très intéressant. Je regrette que ce ne soit pas suffisamment écrit et qu’en quelques endroits, l’auteur n’ait pas su vaincre une tendance au charabia. Mais c’est minime.

Daniel Lesueur, L’Histoire du disque et de l’enregistrement sonore, Carnot, 2004.

17:10 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (2)

samedi, 23 septembre 2006

Le nouveau Juillard

medium_8328.jpgJ’achète une fois tous les ixe, vraiment tous les ixe, un album de bande dessinée. Je suis très exigeant en la matière (ailleurs aussi.) J’attendais le nouveau livre de Juillard (sur un scénario de Christin), Le Long voyage de Léna, depuis plusieurs mois.

 

Voici la note que j’ai laissée sur un site de bandes dessinées : « Cet album est très décevant. C’est à mourir d’ennui. Il ne suffit pas de faire voyager une femme dont on devine le passé tragique pour créer quoi que ce soit. Le scénario est consternant de banalité et on a l’impression que Juillard s’est ennuyé à le dessiner. Eh oui, même graphiquement, ça sent l’ennui – et pourtant, c’est Juillard ! J’attendais cette œuvre depuis un bon moment. Bah, c’est raté. »

21:30 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (13)

mercredi, 20 septembre 2006

En chantant

medium_greco.jpgNous irons en février 2007 entendre Juliette Gréco au théâtre du Châtelet. Oui, oui, en février prochain. Nous avons loué nos places au mois de juin dernier. C’est de plus en plus comme ça : il faut réserver des mois et des mois à l’avance. Cela n’a pas beaucoup de sens, mais si l’on veut assister à tel ou tel spectacle à Paris, il faut en passer par là.

Je n’ai jamais vu Gréco en scène. C’est difficile à croire, mais je ne l’ai jamais vue. Il était temps que je me réveille. Je n’ai jamais vu Gainsbourg ni Trenet, non plus. Pourquoi ? Jamais vu Ferrat qui ne chante plus, ni Brel ou Piaf parce que j’étais trop jeune. Pourtant, j’ai vu Moustaki, Montand, Brassens, Barbara, Reggiani, Bedos, Devos, Font et Val, Nougaro, Catherine Sauvage, Mouloudji, Cora Vaucaire, Marie-Paule Belle, Caussimon, Escudero, Utge-Royo, Aurenche, Tachan, un nombre incalculable de fois. Et Ferré (quarante-deux fois.) Et encore Vigneault, Nicole Croisille, Lama, Brigitte Fontaine et même… Claude François (une fois.) Mais Gainsbourg et Trénet sont passés au travers comme d’ailleurs les Frères Jacques ou Jacques Douai.

C’est peut-être parce que je n’aime pas la chanson en soi, mais des auteurs ou des interprètes bien particuliers. Mais non, c’est idiot, Gainsbourg, Trenet, Gréco, je les aime aussi. L’explication n’est pas suffisante. C’est un peu comme ces écrivains qu’on n’a jamais lus, sans pouvoir expliquer pourquoi. Souvent, on a lu plus difficile qu’eux, plus ardu, mais pas ceux-là. Il en est de même des cinéastes. C’est le grand mystère des choix, lorsqu’ils se conjuguent avec des opportunités non maîtrisables. Bien entendu, il y a cent autres critères, mais une culture se bâtit, se forge en fonction de cela, également.

Je possède plusieurs DVD proposant des spectacles de chansons. Les artistes que je n’ai jamais vus, je peux les regarder aujourd’hui dans ces galettes mystérieuses. Mais, je l’avais observé déjà lors de l’apparition des cassettes, la vidéographie ne restitue pas la présence. Rien à faire. Je ne sais pas si c’est le relief, la chaleur de la salle, l’odeur du théâtre, la présence des autres spectateurs, mais il manque quelque chose. Enfin, elle nous donne l’image en mouvement et la voix, « l’inflexion des voix chères qui se sont tues » eût dit Verlaine. Ne nous plaignons pas.

15:50 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (10)