Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 juin 2007

Quand le Parquet s'occupe des planchers

Le plus fort est que, dans le programme du futur maître du monde qui s’est pour l’instant arrêté à l’Élysée, rien n’est intelligent et rien n’est applicable, sauf, bien sûr, à décider de l’appliquer coûte que coûte. On n’a pas fini de donner des exemples. La sottise suprême, celle que prépare Rachida Dati, sur les récidives et ces fameuses peines « planchers » qui non seulement ne servent à rien, mais ont un effet contraire, ainsi qu’on l’analyse dans cet article.

13:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13)

Commentaires

Il faudra multiplier les prisons. Bientôt, on aura la situation suivante: un tiers des Français incarcérés, un tiers devenus policiers et un dernier tiers sous haute surveillance.

Écrit par : Feuilly | mercredi, 13 juin 2007

En poussant jusqu'à l'absurde, c'est exactement ça.

Écrit par : Jacques Layani | mercredi, 13 juin 2007

Rachida Dati était déjà très sotte quand elle battait la campagne pour son menteur, euh son mentor. Je me souviens de mensonges éhontés qu'elle a assénés lors d'une émission sur Canal +, à propos de l'histoire du Kärcher. Et maintenant la voilà Ministre de la Justice, brrrr... (je frissonne beaucoup en ce moment, pardon).

Écrit par : Richard | mercredi, 13 juin 2007

Nous sommes nombreux à frissonner. Vite, de l'aspirine.

Écrit par : Jacques Layani | mercredi, 13 juin 2007

Mais voyons ! laissons donc la droite appliquer son programme : c'est le meilleur moyen de voir son échec prévisible, car il s'agit d'abord d'une idéologie et pas de réalités. Je suis pour que la droite aille jusqu'au bout de son programme et qu'elle le fasse en entier, sans aucune collaboration ou modération de gauche. On verra alors ce qu'est vraiment la droite décomplexée. En tant que partisan de la gauche (sans être gauchiste), je ne peux qu'approuver l'idée d'une droite vraiment à droite ! et plus elle sera à droite, plus elle sera détestée... Les pavés ne sont pas loin et ils vont vite voler ! Mai-68 est de retour après la défaite de la gauche électorale !

Écrit par : Dominique | mercredi, 13 juin 2007

C'est ce que je me dis parfois... Pour les gugusses de mon âge, toutefois, la situation que nous connaissons aujourd'hui est proprement inimaginable.

Cela dit, je pense que, de toute manière, le programme en question, pur catalogue électoral, ne sera appliqué que partiellement, comme ce fut toujours le cas. Le reste tombera aux oubliettes. Ce qui aura été fait, néanmoins, sera difficile à défaire.

Je pense que Fillon, arrogant au possible et par là détestable, devrait sauter après la réforme des régimes spéciaux prévue pour 2008. Ces régimes, présentés comme la plus grosse injustice actuelle, ne seront pas mis en cause avant cette date parce que, bien que très très très injustes, ils peuvent quand même attendre que soient faits les cadeaux fiscaux qui sont tout de même plus urgents, n'est-ce pas ?

Si Fillon ne saute pas à ce moment-là, il sautera après les manifestations qu'entraînera la TVA dite sociale.

Ce qui m'épouvante chez ce Premier ministre, outre sa fatuité, c'est sa capacité à appliquer strictement la "pensée" de son maître, même lorsqu'il n'est pas lui-même convaincu de son bien-fondé. C'est par exemple le cas de cette TVA dont la presse dit qu'il n'est lui-même pas sûr que ça marche comme prévu.

Écrit par : Jacques Layani | jeudi, 14 juin 2007

Je ne sais pas qui est prêt à prendre des fumigènes dans la tronche, mais je sais que le p'tit Nicolas a préparé -- parce qu'il s'y attend -- la riposte. Depuis 68, les armes des flics se sont améliorées, leur stratégie aussi. Quant aux médias qui sont aux ordres, cette fois ils ne savent même plus ni de qui, ni de quoi et c'est ça le vrai danger. Berlusconi à côté est un enfant de choeur.

Écrit par : Martine Layani | jeudi, 14 juin 2007

Et maintenant, la mère Parisot demande la fin de la durée légale du travail ! Enfin, le retour aux semaines de soixante-quinze heures, il était temps. Si l'on pouvait abaisser l'âge de l'embauche des enfants à cinq ans, ce serait encore mieux.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1- href="mailto:0@2">0@2-3234,36-923127@51-922148,0.html

Écrit par : Jacques Layani | jeudi, 14 juin 2007

Le lien ne fonctionne pas. Voici l'article.


Laurence Parisot approuve les mesures fiscales du gouvernement, notamment sur la TVA
LEMONDE.FR avec AFP | 14.06.07

La présidente du Mouvement des entreprises de France (Medef), Laurence Parisot, a approuvé, dans un entretien au Figaro économie paru jeudi 14 juin, les mesures fiscales annoncées par le gouvernement et a notamment défendu le projet de "TVA sociale".
Selon Laurence Parisot, les représentants des entreprises sont "impatients de participer au groupe de travail" sur cette mesure envisagée par le gouvernement pour abaisser le coût du travail en transférant une partie des cotisations sociales des employeurs vers les consommateurs. La présidente, qui réunira, le 19 juin, les responsables syndicats et patronaux, s'est dit "raisonnablement optimiste" sur l'issue des discussions entre partenaires sociaux.
HEURES SUPPLÉMENTAIRES ET PME
"La détaxation des heures supplémentaires va dans la direction d'une économie de l'offre, et la déductibilité des intérêts d'emprunt est aussi une orientation intéressante", a-t-elle expliqué, par ailleurs, en estimant toutefois que la détaxation et la défiscalisation des heures supplémentaires n'était qu'une première étape et en plaidant pour la fin de la durée légale du travail.
Grâce au projet de loi, actuellement étudié par le Conseil d'Etat et qui devrait être présenté en conseil des ministres le 20 juin, "la plupart des PME (petites et moyennes entreprises) vont voir leur coût du travail diminuer", a-t-elle déclaré. Cette mesure "combine la stimulation de l'offre et de la demande et je suis convaincue qu'elle est décisive". Elle a également proposé un autre coup de pouce aux petites entreprises en faisant en sorte "que la valeur d'acquisition de parts de PME soit exclue de l'assiette de l'ISF (impôt de solidarité sur la fortune), comme on l'a décidé pour les œuvres artistiques".

Écrit par : Jacques Layani | jeudi, 14 juin 2007

Je ne suis pas plus étonnée que ça, parce que depuis quelque temps on présente les créateurs d'entreprises comme des "créateurs" tout court. Ne leur manque plus grand chose, depuis qu'ils sont assis sur leur nuage bleu, pour se prendre, à force d'invincibilité, pour Dieu soi-même.

Écrit par : Martine Layani | jeudi, 14 juin 2007

Enfin, on va être concurrentiels avec les entreprises chinoises, malaisiennes et thailandaises. Il était temps. Comme eux ils embauchent dès l’âge de huit ans, en mettant la barre à cinq ans nous ferons beaucoup mieux.
Quant à ceux qui, après s’être levés tôt et avoir accompli leur soixante-quinze heures, se montreraient un peu fatigués et moins productifs, il y a quand même 4.000.000 de chômeurs qui piaffent d’impatience pour les remplacer, alors... Sans compter que les statistiques du chômage s’amélioreront d’elles-mêmes.

Ceci étant dit, puisque les patrons paieront moins d’impôts au détriment des consommateurs, j’aimerais moi aussi en payer moins, voire ne plus en payer du tout. Il suffit de taxer les SDF à la place. Après tout, ce sont surtout eux qui utilisent la voie publique 24 heures sur 24.

Écrit par : Feuilly | jeudi, 14 juin 2007

Evidemment, pourquoi ne pas les rendre propriétaires de leurs carton, ensuite on pourra les taxer sur cette propriété... là, sur le nombre, on peut, même taxer les mendiants. Ce ne sont pas les perspectives qui manquent.

Écrit par : Martine Layani | jeudi, 14 juin 2007

On a un peu dévié du sujet principal, mais quand le plancher brûle, il est bien rare que la maison résiste longtemps.

Écrit par : Martine Layani | jeudi, 14 juin 2007

Les commentaires sont fermés.