Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 mars 2006

De l’avantage des cheveux gris

À l’heure du déjeuner, aujourd’hui. L’avenue des Gobelins est emplie de CRS. Il faudrait la rebaptiser avenue Bleu-marine. Un peu plus loin, boulevard de l’Hôpital, il y en a autant, en renfort. Entre les deux artères, le commissariat du XIIIe.

 

13 h 20. Je remarque, remontant l’avenue Bleu-marine, que deux jeunes gens, un garçon et une fille qui mangent des sandwiches, sont contrôlés par des CRS. J’aperçois la scène au moment où ils referment leurs sacs. Dans le même temps, j’entrevois un autre groupe de policiers. L’un d’entre eux dit à ses hommes : « Y en a, là-bas, il faut vérifier ». J’observe le manège : ils s’approchent d’un groupe de trois ou quatre jeunes qui discutent, les encerclent discrètement et exigent l’ouverture des sacs. Le contrôle de routine dure quelques secondes. Ils ne les touchent pas, ne les brutalisent pas, leur parlent peut-être poliment (je n’entends pas, d’où je me trouve) et s’éloignent.

 

Il n’en reste pas moins que tous ces jeunes ont fait l’objet d’un contrôle parfaitement improvisé et non systématique, parce qu’ils étaient jeunes, tout simplement, et se trouvaient non loin du lieu de rassemblement d’une manifestation. Un contrôle au faciès, quoi. Délit de jeunesse.

 

Je suis tout près d’eux, mais je porte des lunettes et j’ai les cheveux gris. Je passe sans même qu’on me remarque.

14:03 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

Dire que tu trimbalais un cocktail Molotov et des revues licencieuses. Eh les CRS, faut se méfier des grisonnants !

Écrit par : Guillaume | jeudi, 23 mars 2006

Eh oui. Le titre du billet était évidemment au second degré. De fait, j'aurais pu transporter n'importe quoi, on ne m'a rien demandé.

Ce qui me fait penser que j'ai toujours, dans mon cartable, depuis des années, un petit cutter d'écolier. C'est une arme par destination, ça, non ?

Écrit par : Jacques Layani | jeudi, 23 mars 2006

Méfions-nous des hommes grisonnants qui rêvent d'un coin tranquille dans le Lot. Ils sont souvent plus dangereux qu'il n'y paraît.

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39- href="mailto:27021624@7">27021624@7-37,0.html

Écrit par : Feuilly | vendredi, 24 mars 2006

Bon, puisque le lien ne fonctionne pas, voici le titre de l'article du Monde:


Des produits pour explosifs découverts dans le Lot, la piste ETA privilégiée
AFP 24.03.06 | 11h34

Plusieurs centaines de kilogrammes de produits pouvant entrer dans la composition d'explosifs ont été découverts dans une grange du Lot jeudi et la piste d'un stock appartenant à l'ETA est privilégiée, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier.

La découverte a été faite par le propriétaire de la grange, située à Bach, à 25 kilomètres au sud-est de Cahors. L'enquête a été confiée à la division nationale antiterroriste ...

Écrit par : Feuilly | vendredi, 24 mars 2006

Tiens, je venais justement de lire cet article du Monde. A 25 km au sud-est de Cahors... Moi, je suis à 40 km au nord... dans un bout de maison loué.

Écrit par : Jacques Layani | vendredi, 24 mars 2006

Ouais, mon gaillard, ils disent tous ça...

Écrit par : Nicolas Sarkozy | vendredi, 24 mars 2006

Les commentaires sont fermés.