Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 03 décembre 2018

Insurrection, 2

Ainsi donc, Macron est seul, avec une poignée de sbires qui lui resteront fidèles tant qu’ils auront quelque chose à gagner ou à craindre. Ils le trahiront ensuite parce que les sbires trahissent toujours, c’est leur nature. Il a aussi ces quelques gamins ridicules et prétentieux qu’on voit beaucoup sur les écrans de télévision, l’un engoncé dans son costume de premier communiant, l’autre, l’air sérieux de celle qui ne connaît rien à rien, tous débitant des éléments de langage, comme on dit aujourd’hui, paroles creuses, ineptes, générales, grotesques.

21:04 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

On est à un tournant. Macron voulait imposer la libéralisme économique pur et dur et que la France disparaisse dans la grande mondialisation.

L'extrême-droite (avec Jeanne d'Arc) ne peut le tolérer. L'extrême-gauche de son côté ne peut tolérer la paupérisation programmée.

Et puis surtout la précarité commence à toucher la classe moyenne (qui doit disparaître avec l'informatisation et la robotisation de tout le secteur tertiaire).

Ca commence à faire beaucoup de mécontents.

Le gouvernement peut soit céder (ce qui est impossible dans sa logique économique), soit se montrer intransigeant. Du coup, sa réaction violente ressemblera beaucoup à celle de l'extrême-droite. C'était pourtant pour y échapper que certains naïfs avaient voté pour Macron.

Écrit par : Feuilly | samedi, 08 décembre 2018

Ah, voilà l'ami Feuilly. Bienvenue.
Le 12 mai 2017, j'écrivais ici-même : "Le bal des cocus a commencé, l’orchestre s’est accordé. En piste, les déçus du macronisme". Qu'on veuille m'excuser de me citer moi-même.
Tout était prévisible. Que faire à présent d'un blanc-bec banquier, prétentieux, ambitieux, arrogant, inculte, vulgaire ? Comment peut-on avoir cru en cet ectoplasme aux yeux vides ?

Écrit par : Jacques Layani | samedi, 08 décembre 2018

Écrire un commentaire